Gilgamesh

Théâtre des Chardons
17 décembre
Festival international Paroles au solstice

Tout public

sam. 17/12 : 19h30

Venez écouter la plus vieille histoire du monde :
celle de Gilgamesh, roi d’Uruk !

Gilgamesh est un admirable guerrier, il est fort comme un taureau, personne ne peut le battre ! Mais il est aussi tyrannique et capricieux que puissant. Le peuple d’Uruk, abattu, s’en remet aux Dieux. Commence alors la lente transformation de Gilgamesh. La découverte de l’amour, puis sa rencontre avec Enkidu, fils de la nature, vont semer en son cœur des graines d’empathie… Mais Gilgamesh n’entend pas raison facilement et à chaque nouvel exploit sa nature belliqueuse reprend force. Jusqu’au jour où son errance le mènera au bout du monde, à la source des sources, là où naissent tous les fleuves, là où il comprendra enfin qu’il n’est pas immortel… Alors commencera la magie de l’écriture, pour que demeure
la mémoire de Gilgamesh.

En ce solstice d’hiver, prenons place et vibrons ensemble, au son des percussions et des chants, au rythme des ombres et des aventures, pour qu’à nouveau les lumières l’emportent sur les ténèbres !

Avec Sylvain Geoffray, Aurore Latour et Jérôme Nayer. Adaptation et mise en scène : Juan Martinez. Conception et direction univers ombres et aide à la dramaturgie : Carine Ermans. Musique : Alain Gilbert. Lumière : Karl Descarreaux. Costumes : Nicole Moris. Conception tapis sol : Cécile Balate. Construction structure : Stéphane Dubrana et Mark Elst. Lumières ombres : Nicolas Bovesse. Aide à la conception et construction des maquettes et silhouettes : Eugénie Obolensky, Tom Vancaenegem et Stéphanie Vander Meiren. Une création du Théâtre des Chardons, en coproduction avec le Théâtre du Tilleul et Pierre de Lune/Centre Scénique Jeunes Publics de Bruxelles. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Centre culturel de Dinant, d’Ekla – Centre Scénique de Wallonie pour l’enfance et la jeunesse, du Théâtre La montagne magique, de La Roseraie et du Service de la Culture d’Ixelles.

 

Crédit(s) image(s): Emilie Abad-Perick
◄ Retour à la page programme