Dans le noir, ils entrevoient des monstres et des chimères, ils rencontrent des sorcières.

Est-ce pour eux que furent inventés l’ampoule et la bougie ?

Pour empêcher les peurs ensommeillées de se transformer en cri ?

A La montagne magique, nous croyons que les enfants aiment le noir. Nous les y plongeons tous les jours. Durant un instant, nous laissons la nuit s’installer pour écouter les frottements de notre monde, les rythmes inconnus d’un tambour, les battements de nos cœurs. Et quand la lumière vient sur scène, nous regardons en face les monstres, les chimères et les paysages inattendus, les métamorphoses, les héros qui n’en ont pas l’air.

A coup d’histoires, de danse, de musique et de poésie, nous rougissons soudain sans honte en découvrant nos propres peurs, nous nous lançons ensemble au devant de chaque vague, indomptables, l’esprit toujours plus libre. Certains que c’est dans le noir le plus profond que s’observent les étoiles les plus lointaines.

Avec l’équipe de La montagne magique,

Cali Kroonen